Le film documentaire « Công Binh, la longue nuit indochinoise » de Lam Lê paraît en DVD. Il revient sur l’expérience des travailleurs forcés indochinois, emmenés en France au début de la Seconde Guerre mondiale.

A la veille de ce conflit, 20 000 Vietnamiens ont été recrutés de force dans l’Indochine française pour venir suppléer dans les usines d’armement les ouvriers français partis sur le front allemand. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite de 1940, livrés à la merci des occupants allemands et des patrons collabos, ces ouvriers civils appelés « Công Binh » menaient une vie de parias sous l’occupation. Ils ont pourtant été les pionniers de la culture du riz en Camargue. Considérés injustement comme des traîtres au Vietnam, ils étaient pourtant tous derrière Hô Chi Minh pour l’indépendance du pays en 1945.

Inspiré du livre de Pierre Daum, Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939-1952 (Actes Sud 2009), Le film a retrouvé une vingtaine de survivants au Vietnam et en France. Cinq sont décédés pendant le montage du film. Ils racontent aujourd’hui le colonialisme vécu au quotidien et témoignent de l’opprobe qui a touché même leurs enfants. Une page de l’histoire entre la France et le Vietnam occultée de la mémoire collective.