Avec l’envie de travailler sur la rencontre, de lui permettre d’exister pleinement et sur le temps, l’équipe de La compagnie Nue Comme L’oeil est allée, durant un an, dans les centres sociaux, au secours populaire, dans foyers de quatre villes d’Essonne.

Ils y ont rencontré des gens. Il y ont croisé une réalité, celle de vivre loin de paris, ou si près. En périphérie. Celle de vivre en marge avec des quotidiens et des envies multiples.

C’est ainsi que « Périphéries Humaines » est né. Pour montrer et essayer de comprendre. Traduire les lignes de fuite sociales et géographiques dans un projet artistique. « Périphéries Humaines » parle de vies, d’humains et de réalités avec un écho universel.

La compagnie Nue Comme L’oeil travaille depuis sa création en 2003 à la croisée des arts: Théâtre, Danse, Musique, Arts Plastiques…
Elle aborde les thèmes de la mémoire, du territoire, de l’altérité ou de l’exil à partir de textes théâtraux, poétiques ou des recueils de témoignages. Revendiquant son ancrage dans la cité, elle associe les habitants des villes qu’elle traverse à ses projets.

Repères :
Périphéries Humaines

Mardi 5 avril à 20h30

Lavoir moderne parisien
35 rue Léon Blum
75018 Paris
Métro Château Rouge/Marcadet Poissonniers
Tarif 15/10 euros
Réservation ou au 0142520914

Le site de la compagnie