Les manifestations nationalistes algériennes du 17 octobre 1961, organisées contre le couvre-feu imposé aux Algériens, sont suivies, à Paris, d’une répression très violente. Mais l’événement, dans les mois qui suivent, va disparaître de la scène publique.

Cet oubli sera progressivement suivi d’une lente réémergence, dont cette conférence retrace les différentes étapes des deux côtés de la Méditerranée. L’apparition en France, à partir des années 1980, de nouveaux « porteurs de mémoire » souvent issus du mouvement antiraciste, tient un rôle central dans ce processus mémoriel et crée une dynamique importante entre les différentes générations de l’immigration algérienne, et au-delà.

Néanmoins, si le 17 octobre 1961 est devenu le symbole des violences coloniales et de l’histoire de l’immigration algérienne pendant la guerre d’indépendance, beaucoup reste à connaître de l’événement lui-même.

Repères
UniverCité : Du silence, faisons table rase ?
Jeudi 13 octobre à 18 h 30

Palais de la Porte Dorée
293 avenue Dausmenil
75012 Paris